top of page
HitsLove Radio logo
  • Photo du rédacteurMarc Johnson

L'Exploration Musicale de Crowder Culmine avec "The EXILE"

L'Exploration Musicale de Crowder Culmine avec "The EXILE"

Crowder poursuit son exploration musicale durant une saison de solitude avec « The EXILE », son sixième projet studio et le deuxième volet d'une trilogie de disques conceptuels débutée avec « Milk & Honey » en 2021. Avant sa sortie, cet album très attendu avait déjà décroché un succès numéro 1 avec le single principal « Grave Robber ». Les guitares saturées et les nuances sombres de ce morceau offrent un aperçu partiel de l'ensemble des 12 titres. Toutefois, à l'instar de ses prédécesseurs, « The EXILE » regorge de surprises sonores caractéristiques de Crowder.


Bien que ce natif du Texas soit reconnu pour brouiller les frontières des genres musicaux, chaque ajout à sa discographie tend à s'orienter légèrement plus dans une direction particulière. « Milk & Honey » se focalisait sur les sensibilités rock percutantes de Crowder, qui ont alimenté une tournée impressionnante au cours des dernières années. En revanche, « The EXILE » met en avant la prédilection de Crowder pour la narration country et l'instrumentation bluegrass. À l'instar de son premier album solo, « Neon Steeple », les chansons de cet effort récent utilisent abondamment le banjo, le pedal steel et le dobro.


D'un point de vue lyrique, un fil thématique subtil de mortalité et de maximisation de cette brève existence terrestre est perceptible, comme il le décrit dans « — [DASH] » — cette « petite ligne » entre deux dates. Ce morceau habilement écrit comporte un rap original de TobyMac et constitue la première des deux collaborations de l'album. Le second collaborateur invité apparaît sur l'avant-dernière piste, « All My Tears », grâce à Buddy Miller, dont l'épouse a écrit la chanson ultérieurement enregistrée par la légende de l'Americana Emmylou Harris. Jars of Clay a également repris cette ballade émouvante pour leur album phare « Good Monsters ». La version de Crowder conserve l'émotion poignante et l'instrumentation bluegrass épurée de l'originale. En respectant le thème sous-jacent de la fin de vie, elle s'intègre harmonieusement avec les autres enregistrements inédits de l'album, bien qu'elle soit la seule chanson qu'il n'ait pas coécrite.


Des morceaux comme « STILL » — un coup de cœur immédiat — et « Somebody Prayed » allient la perfection country-pop de Crowder à sa remarquable prouesse lyrique pour créer deux titres exceptionnels. Dans le même esprit, la pièce maîtresse « Hands of Jesus » devient le favori évident de l'album grâce à son histoire touchante, racontant l'histoire d'un petit garçon dont le père était charpentier et qui est devenu un homme doté d'un appel extraordinaire. « Hands of Jesus » pourrait facilement devenir un single à succès pour des artistes country de foi tels que Thomas Rhett ou Scotty McCreery.


Le morceau final de l'album, « Truth Be Told » (écoutez les grillons entendus dans les premières secondes !), ainsi que le brûlot « Unstoppable » conservent des esthétiques similaires de véranda. Le premier met en avant la capacité étonnante de Crowder à charger une chanson de trois minutes de sagesse simple, tandis que le second pousse sa personnalité sauvage et excentrique dans une surmultipliée. Avec des paroles excentriques et une fusion complète de genres, « Unstoppable » est prêt à être un véritable spectacle sur scène alors que Crowder commence à tourner avec cette nouvelle musique. En effet, « Unstoppable » donne un coup de poing qui la fait ressembler à une chanson sœur de la favorite des fans, « Run Devil Run ».


Toujours audacieux et innovant, Crowder prouve que les risques valent la peine d'être pris. Malgré ses tendances, « The EXILE » n'est pas un album de country à part entière. Fidèle à son style unique, l'artiste primé déploie des doses généreuses de rock sombre, de pop accrocheuse et de musique de culte non conventionnelle aux côtés de sa « porch music » autoproclamée. Ses prises de risques sont récompensées dans un album conceptuel qui propose des chansons riches en contenu, s'intégrant parfaitement à son répertoire de concerts.


Refusant de suivre les tendances, Crowder est un leader né. Avec chaque nouvelle sortie, cet innovateur continue de nager à contre-courant. Refusant toute catégorisation, « The EXILE » est une écoute agréable et audacieuse de bout en bout, offrant une bande-son pleine d'espoir pour quiconque se trouvant en errance dans un désert.

10 vues0 commentaire

Comments


bottom of page